Qui aura droit à la retraite à 1000 euros ?

Gabin a passé un peu plus de 10 ans au Luxembourg. Il a débuté sa carrière en tant qu’employé administratif dans un grand cabinet d’audit. En quelques années, il est devenu Data Officer et Sales Support , responsable d’une équipe de 3 personnes.

Il a doublé son salaire en 10 ans

Côté salaire, il a commencé à 2100 brut par mois et a quitté le Luxembourg en recevant un salaire brut de 4600 avec de nombreux avantages en nature tels que des billets de restaurant, une voiture de société et un 13e mois. Avec l’ancienneté, il a même accumulé de nombreux bonus allant jusqu’à 1000 euros de cadeaux sur Amazon offerts par son employeur.

Lire également : Qui est concerné par la réforme de la retraite ?

Une situation que de nombreux employés pouvaient envier : « Ma vie était très confortable. Grâce au Luxembourg, j’ai pu acheter un appartement, faire de nombreux voyages et gâter mes proches. En ce qui concerne mon travail, je ne regrette rien. J’ai eu des managers bienveillants qui savaient que je le faisais évoluer. J’ai également eu la chance de travailler dans un environnement multiculturel », explique ce jeune célibataire.

Quelques ombres dans ce tableau idyllique, le transport . Ce cadre habite à 30 kilomètres du Luxembourg. « Les embouteillages ont été une perte de temps pour l’employeur et une source de stress. C’est dommage. » Avec un peu de recul, il note aussi que le pays a un côté un peu « superficiel » notant que « l’échec d’un salarié peut parfois lui coûter cher ».

Lire également : Qui a le droit au capital décès ?

Un rabais de 2,5 fois son salaire

Gabin avait tout ce dont il avait besoin pour vivre heureux. Une vie bien rangée et bien payée, des collègues sympathiques, un chef compréhensif et attentionné… Mais qu’est-ce qui a poussé Gabin à se recycler professionnellement ? « Un matin, vous vous levez et vous vous demandez si cette vie bien carrée, si bien huilée, vous correspond vraiment. Ce sentiment vous vient à l’esprit tous les jours lorsque vous vous rendez au travail jusqu’à ce que vous vous dites enfin : je pense que je suis capable de me lancer un nouveau défi. Je laisse tomber tout et je fais quelque chose que j’aime vraiment. Je voulais un travail qui reflète mon image. »

Gabin veut réaliser le rêve d’un enfant en devenant professeur d’école en France. Réflexion faite : il démissionne de son poste.

Lorsque ce choix a été annoncé, le jeune homme a cru que sa famille, ses amis proches ou même ses anciens collègues allaient lui dire qu’il était « fou ». « Lorsque vous dites que vous allez gagner 2000 dollars bruts par mois en tant qu’enseignant alors que vous gagnez 2,5 fois plus, vous devez admettre que tout le monde ne peut pas comprendre. Soudain, nous imaginons que la vie va devenir un problème financier avec cette question récurrente : mais comment allez-vous vous en sortir ? ».

« On ne s’inquiète pas pour toi, tu vas réussir »

Gabin observe que gagner sa vie n’est plus une fin en soi. Si un salarié se sent dans un « malaise permanent » dans un travail qu’il n’aime pas, cela ne semble pas déranger personne tant qu’il a les moyens financiers : « Il peut tenir bon. Ça va passer. » En revanche, que ce dernier décide de gagner beaucoup moins pour vivre heureux, cette perception de la vie n’apparaît pas dans les codes de la société « C’est son choix mais il est un peu fou ».

Gabin a eu la chance d’avoir un entourage rassurant et aimant : « On ne s’inquiète pas pour toi, tu vas réussir », lui envoyons-nous un message de soutien.

Résolution 2022 : Être un bon enseignant

Diplômé d’un bac 2, Gabin prépare activement le concours destiné aux enseignants des écoles extérieures. Un examen qui aura lieu du 5 au 7 avril 2022. Ensuite, les oraux qui auront lieu cette fois-ci entre mai et juillet. En attendant ces délais, il révise en profondeur ; 8 heures par jour. « Je m’accorde une heure de pause par jour. J’ai un rythme d’employé » c’est qu’il s’amuse.

Quelques jours avant les fêtes de Noël, Gabin, comme tous les enfants sages, a fait un vœu au Père Noël  : « Je lui ai demandé de réussir mon concours ». Et les résolutions pour 2022 ? « Pour être un bon professeur pour des centaines d’enfants, je seront les bienvenus dans ma classe. Ils auront la chance d’apprendre avec un ancien travailleur frontalier. » Est-il vraiment content maintenant ? Oui, indéniablement « Ce n’est aucun regret, aucun » confirme-t-il.

Si vous souhaitez partager votre expérience, contactez-nous par e-mail contact@lesfrontaliers.lu ou remplissez ce formulaire.

À lire Stéphane : « Je ne vais pas retourner travailler à temps plein au Luxembourg »

Trouvez-nous sur