C’est quoi un bilan psychomoteur ?

L’évaluation psychomotrice concerne principalement les enfants. Il vise à évaluer, en fonction du stade de développement de l’enfant, l’interaction de la cognition, de la motricité, de la perception et de la sensibilité. Pratiqué sur prescription médicale et après un examen médical approfondi, il est réalisé par un psychomotricien qui doit avoir une bonne connaissance des pathologies neurologiques et psychologiques de l’enfance et disposer des outils d’évaluation pour évaluer le plus objectivement possible les domaines explorés.

Au terme de l’évaluation, les différents acteurs discutent ensemble de l’opportunité d’une psychomotricité ou d’une autre mesure de soutien pour accompagner l’enfant dans son développement.

A lire aussi : Quelle noce pour 11 ans de mariage ?

L’évaluation psychomotrice se déroule sur 2 à 5 séances selon les indications (besoin en cas de handicap moteur, psychique, autisme, troubles envahissants du développement, problèmes de développement psychomoteur etc…).

Lors de l’évaluation, le thérapeute propose à l’enfant ou à l’adolescent un toute une série de tests plus ou moins complexes avec également des jeux et des activités motrices différents.

A lire en complément : Qu'est-ce que l'épargne-invalidité ?

Il peut ainsi observer son niveau d’organisation, sa localisation dans l’espace, le temps et plus généralement son environnement avec les objets et les personnes qui l’entourent. Parmi les nombreux paramètres explorés, on retiendra :

  • Coordination motrice

Comment l’enfant coordonne-t-il ses gestes ? Quel est son sens de l’équilibre ? Sa capacité à contrôler sa force ou non ? Comment coordonne-t-il le mouvement de ses mains avec le regard ? Comment comprend-il « jouer au ballon » ?

De même, sera testé comment l’enfant s’assoit-il à la table ou au bureau ? Comment pose-t-il son bras sur la surface de la table ? Comment le crayon est-il saisi ? Quelle est la trace de son écriture ? Quel est son rythme respiratoire dans l’exécution des différentes tâches ? Quel est le stade d’acquisition des postures et des compétences manuelles, quelle est la qualité du mouvement ?

  • Le schéma du corps

Nous explorons également comment il nomme et montre les parties du corps (son diagramme corporel) ? Est-ce sa latéralité (utilise-t-il sa main droite ou sa main gauche à la place) ? Comment gère-t-il les différents objets ? Comment l’enfant réagit-il aux stimulations sensorielles : bruits, sons, stimulations visuelles ou tactiles ? A-t-il une bonne conscience des sensations qui lui sont transmises par son corps ?

  • Orientation temporo-spatiale

L’enfant peut-il s’orienter dans l’espace ? Sait-il comment trouver des chemins qui lui sont connus ? Est-il capable de planifier quelque chose ? A-t-il le sens du temps ? Comment gère-t-il les changements commerciaux ? Quelles sont ses capacités d’attention et de concentration ?

  • Le degré d’autonomie

Comment les enfants effectuent-ils les gestes quotidiens en fonction de leur âge de développement ? Quelles sont leurs stratégies de communication et leurs relations avec les autres et leurs pairs, leur communication verbale et non verbale, leur relation avec les autres et leur gestion des émotions, leur concentration et leur attention ?

Dans la pratique :

Les résultats ne sont jamais utilisés indépendamment du contexte dans lequel ils ont été recueillis, mais constituent un élément de connaissance complémentaire à mettre en relation avec toutes les informations du dossier avant de mettre en place un projet thérapeutique adapté aux particularités du sujet.

L’évaluation peut être réalisée en CMP, CMPP, pédiatrie ou libérale.

La saturation des services de garde d’enfants et des adolescents amène de nombreux parents à se tourner vers le libéral.

Le coût moyen d’un bilan dans ces conditions est de 155 euros au total, s’il est composé de :

— un premier entretien préliminaire

— deux séances d’examen psychomoteur

En outre, les soins de psychomotricité et de psychothérapie ne sont pas inclus dans la nomenclature des actes du L’assurance maladie ou la CMU.

Notons que pour des pathologies bien définies et reconnues comme sources de handicap, on peut demander et obtenir auprès de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) une allocation (AEEH Education Allowance Disabled Child) qui peut couvrir ces coûts après étude du dossier.

Pour compiler cette demande d’aide financière du MDPH, il est impératif de remplir un formulaire accompagné d’une prescription médicale pour réussir un bilan psychomoteur.

Il est également possible de faire une demande exceptionnelle, sur accord préalable avec le médecin de la Sécurité sociale qui pourra accorder une assistance extralégale en fonction de la situation personnelle du demandeur. Là encore, la demande doit être accompagnée d’une prescription médicale pour un bilan de santé avec ou sans séances de psychomotricité et d’une estimation de l’évaluation et/ou des séances de psychomotricité si nécessaire.

L’évaluation psychomotrice n’est en effet pas remboursée malgré son évidence utilité en tant qu’outil de dépistage, de diagnostic et de thérapie adaptée.

C’est pourquoi l’APPA propose à ses membres une participation d’un montant de 100 euros.