Quelles aides à domicile pour les personnes âgées ?

Quel type de soutien à domicile pour personnes âgées devriez-vous opter ?

En France, il existe un certain nombre d’aides financières pour les personnes âgées. Chaque aide peut prendre la forme d’allocations ou de divers avantages économiques versés par l’État et d’autres agences. La volonté du gouvernement est d’accompagner au maximum les aînés dans leurs efforts, afin qu’ils puissent continuer à vivre chez eux en toute sécurité.

Passons en revue chaque aide à domicile pour personnes âgées actuellement disponible en France. Notez que ces soutiens dépendent largement de la situation de chaque aîné : son logement, sa dépendance physique et ses revenus.

A lire aussi : Comment faire pour devenir dame de compagnie ?

L’allocation d’autonomie personnalisée (APA)

L’APA est une aide financière destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie (totale ou partielle). Cette perte d’autonomie a un impact négatif sur leur vie quotidienne. Par exemple pour cuisiner, laver ou se déplacer. Cette aide financière a été créée par le pour pallier le manque d’autonomie des personnes âgées et, si possible, encourager le soutien à domicile.

Il existe deux types d’allocation d’autonomie personnalisée : l’APA à domicile et l’APA dans les institutions. Cette aide financière, versée mensuellement et sans condition de ressources, est accordée par chaque conseil départemental. L’ABS à la maison a été amélioré en 2016. Pour en bénéficier, la personne doit être âgée d’au moins 60 ans et résider en France.

A lire aussi : Comment réagir face à l'agressivité d'une personne agée ?

Il existe une autre condition essentielle pour l’octroi de l’ABS : être reconnu en situation de perte d’autonomie (totale ou partielle). Ce degré de perte d’autonomie est évalué par des professionnels selon la grille GIR (groupe Iso-Resources). Pour bénéficier de l’APA, il faut être reconnu RGI 1, 2, 3 ou 4 (la RGI 1 étant le degré le plus important en matière de perte d’autonomie).

Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)

L’ASPA est avant tout là pour soutenir les personnes âgées dont les pensions de retraite sont les plus modestes. Plus connue sous le nom de vieillesse minimale , cette aide financière garantit un revenu minimum aux personnes âgées dans le besoin.

Pour pouvoir prétendre à la vieillesse minimale, la personne âgée doit être résidente française et être âgée d’au moins 65 ans. Il y a également un besoin de ressources pour être éligible. L’ASPA est payé par le Carsat (régime général de retraite) ou, le cas échéant, par le MSA (mutualité sociale des agriculteurs). Son plafond est :

  • 906,81 euros par mois pour une personne âgée vivant seule ;
  • 1 407,92 euros par mois pour un couple.

L’Indemnité d’Invalidité (PCH)

Le PCH finance chaque assistance technique et humaine nécessaire aux personnes âgées reconnues comme ayant perdu leur autonomie (partielle ou totale). Payée par le ministère, elle dépend du degré d’autonomie, de l’âge, des ressources financières et du logement.

Ce service a un large champ d’application, qui doit être évalué au cas par cas en fonction de la situation. En particulier, il est possible de faire adapter le logement ou le véhicule en fonction du niveau d’autonomie du senior. À la maison, le PCH peut couvrir les frais d’installation de tapis antidérapants dans une douche, par exemple.

La femme de ménage à la maison

L’aide à domicile fait également partie de l’aide financière pour le maintien des personnes âgées à domicile. Il sert à financer les services qu’un professionnel vient à votre domicile pour nettoyer, repasser des vêtements, cuisiner ou vous aider aux toilettes. Elle peut être accordée aux personnes âgées résidant sur le sol français, âgées d’au moins 65 ans (ou 60 ans pour celles qui ont été reconnues inaptes au travail) et qui ne bénéficient pas déjà de l’APA (par exemple parce qu’elles sont reconnues RGI 5 ou 6).

L’aide à domicile ne concerne que les personnes âgées dont les ressources financières sont inférieures à 906,81 euros par mois (1 407,82 euros pour un couple). L’aide n’est pas versée à l’aîné, mais au service d’aide à domicile (choisi par la personne âgée) par le conseil départemental. Notez qu’il est possible de faire payer l’aide si la personne âgée préfère engager elle-même la femme de ménage.

Aide sociale pour le logement (ASH)

ASH a été créé pour éviter que les personnes âgées en perte d’autonomie n’aient à rester chez elles en raison d’un manque de moyens financiers . Encore une fois, il est essentiel d’être résident français et d’avoir au moins 65 ans (60 ans pour ceux qui ont été reconnus inaptes au travail).

Il est également nécessaire de justifier des ressources financières inférieures au montant des frais d’hébergement de l’établissement de santé (maison de retraite, maison de retraite, unité de soins de longue durée). C’est le Conseil départemental qui prend en charge l’ASH en payant une partie (ou la totalité) des frais d’hébergement.

Aide à l’amélioration du logement

Pour les personnes âgées qui ne veulent pas aller à la santé, il existe plusieurs aides pour améliorer leur logement afin de l’adapter à leur degré d’autonomie. Toutes les aides sont là pour financer les travaux de rénovation de la maison. Ils peuvent, par exemple, être utilisés pour mettre en place la domotique au domicile de la personne âgée. Le sujet vous intrigue-t-il ? Ne manquez pas cet article consacré à la domotique pour les personnes âgées.

L’Anah (l’Agence nationale du logement) accorde une aide financière pour réaliser des travaux de rénovation de la maison. L’assistance sous condition de ressources qu’elle propose est destinée aux personnes âgées occupantes ou louant un logement âgé d’au moins 15 ans. Il peut couvrir jusqu’à 50 % du montant des frais de travail. Il est plafonné à 20 000 euros hors TVA.

D’autres régimes d’aide existent pour financer une partie des dépenses ou pour donner des conseils sur les mesures à prendre. Nous vous conseillons de vous rapprocher de l’ADIL (Agence départementale d’information sur le logement), de la fédération SoliHa (Solidaires pour l’habitat), ou la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse).

Y a-t-il de l’aide pour les personnes âgées qui restent à la maison ?

Il existe donc plusieurs types d’aides (financières ou non) pour favoriser le maintien des personnes âgées à domicile en France. Certains sont plutôt génériques (c’est le cas de l’ASPA), tandis que d’autres sont clairement une aide au maintien des personnes âgées à domicile (PCH, APA à domicile ou aide à la rénovation domiciliaire). En outre, n’hésitez pas à vérifier régulièrement auprès de votre caisse de retraite ou via le CESU (dans le cas des prestations à domicile) si de l’aide est disponible.

Il existe également un autre type d’aide qui favorise sans aucun doute le maintien des personnes âgées à domicile : l’assistance à distance ADMR. Il s’agit d’une aide qui complète parfaitement les autres régimes d’aides mis en place par les pouvoirs publics. De plus, les solutions d’assistance à distance ADMR peuvent être couvertes par une assistance fiscale telle que le crédit d’impôt de 50 % (qui réduit de moitié le coût de l’abonnement).

APA est le support à domicile le plus connu. De quoi devons-nous nous souvenir à ce sujet ?

L’allocation personnalisée d’autonomie domiciliaire est souvent le premier secours auquel nous pensons pour encourager le maintien des personnes âgées à la maison. Et à juste titre ! Voici un résumé des principales informations à ce sujet :

  • 3 conditions pour l’obtenir : avoir au moins 60 ans, être résident français et être reconnu RIG 1 à 4.
  • Aucune condition de revenu.
  • Paiement mensuel.
  • Chaque demande d’APA est adressée au Conseil départemental.
  • Une équipe de professionnels se rend au domicile de la personne âgée pour évaluer son degré de dépendance.

Bref, quelle aide financière aide les personnes âgées à rester chez elles ?

Voici un résumé de chaque aide à domicile pour personnes âgées en France :

  • L’allocation personnalisée d’autonomie domiciliaire (APA)
  • Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)
  • L’indemnité d’invalidité (PCH)
  • La femme de ménage à la maison
  • Aide sociale pour le logement (ASH)
  • Aide à l’amélioration du logement (Anah, crédit d’impôt, ADIL, SoliHa, CNAV, etc.)
  • Le crédit d’impôt de 50 % pour les services personnels, y compris la ligne d’assistance ADMR