Quels sont les acronymes de Pôle emploi ?

Cette fiche pratique présente les acronymes utilisés par le Pôle emploi, les statistiques et les modifications de la législation relatives au chômage. Il sera mis à jour au fur et à mesure que je découvrirai de nouveaux acronymes de cet établissement inventif en la matière ainsi que des activités politiques très créatives sur le sujet du chômage.

Pôle emploi : les acronymes

A.R.E. : Allocation de retour au travail

Calculé à partir de vos 12 derniers salaires, y compris vos primes, sous réserve des cotisations d’assurance chômage. Les indemnités liées à la perte de votre emploi, comme l’indemnité de départ et les indemnités de congé versées ne sont pas intégrées dans le calcul. Le montant de l’allocation varie en fonction du montant du salaire précédemment perçus, les modes d’activité (activité à plein temps, chômage à temps partiel, saisonnier), percevant une pension Invalidité de 2e ou 3e catégorie ou pension de vieillesse. A à compter du 1er juillet 2017, la partie fixe du le retour au travail est porté à 11,84 euros. Le montant de l’allocation le minimum (A.R.E.) est porté à 28,86 euros. Le seuil minimum de l’allocation de retour au travail pour les bénéficiaires la réalisation d’une formation s’élève désormais à 20,67 euros. »

A découvrir également : Les raisons de choisir une résidence pour bien vieillir en Val de Marne

L’A.R.C.E. : Aide à la reprise ou à la création d’une entreprise

« Elle est payée par Pôle emploi. Il consiste à percevoir des allocations de chômage sous forme de capital. Pour bénéficier de l’A.R.C.E., le demandeur d’emploi doit avoir obtenu l’A.C.R.E. » Vous pouvez également choisir de continuer à recevoir vos indemnités sur une base mensuelle. Le montant ARCE est égal à 45 % du montant des droits A.R.E. restant à payer au début de l’activité. Une déduction de 3 % sera appliquée le montant du capital. Cette déduction correspond au financement des retraites complémentaires. »

A.C.R.E. : Aide à la création ou à la reprise d’une entreprise

« C’est une exonération partielle des charges de sécurité sociale, connue sous le nom d’exemption de début d’activité et soutien pendant les premières années d’activité. La durée de l’exemption est de 12 mois. Toutefois, l’exemption peut être de 3 ans pour une micro-entreprise. Putting mise à jour mensuelle de sa situation sur le site du centre d’emploi : récupération activité partielle ou totale, entraînement, maladie,… Cela doit être fait sur la plage pendant 15 jours définis par le centre d’emploi. Elle est essentiels pour percevoir vos « indemnités ».

A découvrir également : Quel âge pour devenir propriétaire ?

Catégorie de demandeur d’emploi

Cat Definition
A Un chômeur, obligé d’effectuer des actions positives de recherche d’emploi, à la recherche d’un emploi quel que soit le type de contrat (permanent, à durée déterminée, à temps plein, à temps partiel, temporaire ou saisonnier)
B Personne qui a effectué une activité réduite allant jusqu’à 78 heures par mois, tenue d’effectuer des actes positifs de recherche d’emploi
C Personne qui a effectué une activité réduite de plus de 78 heures par mois, tenue d’effectuer des actes positifs de recherche d’emploi
D Personne au chômage, qui n’est pas immédiatement disponible, qui n’est pas tenue d’effectuer des actes positifs de recherche d’emploi (demandeur d’emploi en formation, maladie, etc.)

Formation — financement

  • A.F.C. : Action de formation agréée par Pôle Emploi,
  • A.I.F. : Individual Training Assistance,
  • P.O.E.I. : Operational Preparation for Individual Employment,
  • A.F.P.R. : Training Action Avant Le recrutement

P.P.A.E. : Projet d’accès personnel à l’emploi

« Il vous permet de définir une « offre d’emploi raisonnable correspondant à votre profil : • La nature et les caractéristiques de l’emploi, • La zone géographique, • Le salaire attendu. Un chômeur est « tenu » d’accepter des offres raisonnables « sans soyez obligé ». Vous remarquerez la subtile nuance. Mais après deux refus, considéré par le Pôle emploi comme « non légitime », vous êtes radié (article Evolution le 01/01/2019).

Rayonnement

Non, ce n’est pas un acronyme, mais les informations peuvent être utiles… L’annulation est une sanction administrative prononcée par Pôle Emploi à l’encontre d’un demandeur d’emploi. Il se produit lorsque le demandeur d’emploi ne se rend pas à un rendez-vous sans justification, lorsqu’il fait une fausse déclaration ou lorsqu’il refuse une offre raisonnable d’emploi, de formation, un examen médical, un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, une assistance contrat ou une action d’insertion. Durée allant de quinze jours à douze mois.

Statistiques du centre d’emploi

Demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi par catégorie du 1er trimestre 2017 au 4e trimestre 2019

Le nombre total de chômeurs au premier trimestre de 2017 était de 6 253 600, au 1er trimestre 2019, il était de 6 224 700 et au quatrième trimestre de 2019, de 6 089 700. Il s’agit d’une baisse de 135 000 personnes en 2019 .

Évolution du nombre de sorties par cause au troisième et quatrième trimestre 2019

Cela représente un total de 485 900 personnes au 3e trimestre et 469 800 au 4e trimestre 2019, soit 9% des chômeurs ABC. A noter que la cause principale (234 500 personnes en tout cas) reste la cessation d’inscription faute de mise à jour et que pour 63800 personnes… on ne sait pas ! écurie chiffres en 2019.

Halo du chômage

Définition du halo du chômage selon l’Insee

« La définition et la mesure du chômage sont complexes et extrêmement sensibles aux critères adoptés. En effet, les frontières entre l’emploi, le chômage et l’inactivité ne sont pas toujours faciles à établir (exemple d’un étudiant qui travaille quelques heures par semaine…). Le Bureau international du Travail (BIT) a cependant fourni une définition stricte du chômage, mais qui ignore certaines interactions qui peuvent avoir lieu avec l’emploi (travail occasionnel, sous-emploi), ou avec l’inactivité : en effet, certaines personnes veulent travailler, mais sont « classées » comme inactives, soit parce qu’elles sont ne sont pas disponibles rapidement pour travailler (deux semaines) ou parce qu’ils ne sont pas activement à la recherche d’un emploi. Ces personnes forment ce que l’on appelle un « halo » autour du chômage. Ce « halo » est calculé par l’Insee sur la base de l’enquête sur l’emploi. »

Évolution du Halo du chômage de 2003 à 2019

En 2008, il y avait 1,1 million de personnes, fin 2017:1,5 million, dont près d’un quart de 50 ans et plus et fin 2019 ils étaient 1,7 million ! Ils viennent s’ajouter aux sous-employés qui travaillent à temps partiel parce qu’ils ne trouvent pas de meilleur emploi. Y a-t-il vraiment une baisse du chômage en 2019  ?

Je ne suis pas le seul à me poser cette question. Même les journaux progouvernementaux le font : Le Figaro (!) et le nouvel organigramme organisationnel pour n’en nommer que quelques-uns. Lisez également à ce sujet plusieurs articles très instructifs de l’Observatoire des inégalités.

Avis

Humeur

Si l’emploi des personnes âgées augmente, c’est parce que l’âge de la retraite baisse. Il est à noter qu’avec un taux d’emploi de 52 %, il n’y a rien à se réjouir de votre capacité à occuper un emploi, lorsque vous appartenez à cet âge groupe. Depuis vingt ans, les gouvernements, par les lois votées, imposent de travailler de plus en plus tard : 67,5 ans pour les personnes nées en 1960 afin de bénéficier d’une pension complète. Et je ne parle même pas des prochaines générations. Ce que ces chiffres montrent clairement, c’est l’augmentation de la part des travailleurs non salariés, c’est-à-dire la création, par les personnes âgées de 60 ans et plus, d’une auto-entreprise (aussi nombreuses que celles âgées de 30 ans en août 2019) parce qu’elles ne trouvent plus de travail rémunéré ou ont besoin de revenus supplémentaires pour vivre dans la dignité. De là pour dire, comme dans cette étude, que le travail à temps partiel est choisi…

Réforme des retraites : mise à jour janvier 2020

Contrairement à ce que nous n’arrêtons pas de nous prélasser depuis décembre 2019, cette réforme ne concerne pas uniquement les régimes spécial. En effet, si l’on prend en compte 44 années de carrière au lieu des 25 meilleures années (pour mon père, il y a 30 ans, c’était les 10 meilleures), il ne faut pas quitter Polytechnique pour se rendre compte que dans le premier cas tu recevras moins que dans le second D. Et encore une fois si tu as à 64 ans vieux a réussi à travailler continuellement depuis l’âge de 20 ans ! Ce n’est pas gagner ! Quant au fait que nous vivons plus longtemps. L’espérance de vie en bonne santé en 2016 était de 64,1 ans pour les femmes et de 62,7 ans pour les hommes. (source DREES). Donc c’est du cornemuseur, du bourrage de crânes, de la désinformation. Nous devrions porter plainte ! Bien sûr, nous perdrons tous dans cette histoire. Les seuls gagnants seront les fonds de pension et donc les marchés financiers et le M.E.D.E.F.

Avis sur la réforme du chômage de 2019

  • Un article d’Economists tardif sur la réforme de l’assurance-chômage de 2019
  • Un article du blog allpourchancger : and its conclusion « La réforme de l’assurance-chômage s’inscrit donc clairement dans une dynamique de soutien au travail indépendant… au détriment du travail salarié, suivant la tendance de l’époque. Le nombre de travailleurs indépendants, estimé à près de 3 millions (12 % de la population active), a en effet augmenté de 25 % depuis 2003, soit 10 fois plus vite que la population active, signe d’un véritable mouvement fondamental. »

Conclusion

L’objectif n’est-il pas de payer leur retraite en les laissant au chômage dès l’âge de 55 ans ? Du matériel humain de rebut, archaïque, trop cher, sans valeur face aux nouvelles générations ? Qui se retrouveront eux-mêmes dans 25 ans dans un contexte pire…

Pole emploi : les textes de loi

  • Évolution du Code du travail au 1er janvier 2019
  • Décret n° 2019-797 du 26 juillet 2019 relatif au régime d’assurance chômage

Anciennes statistiques

Nombre de sorties par cause au troisième trimestre 2019

Soit 549 000 personnes au total, soit 10 % des chômeurs ABC, soit 5 530 600 demandeurs d’emploi. Au second semestre, les sorties représentaient 9 % des chômeurs de l’ABC, soit 5 579 500.

Demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi par catégorie du 1er trimestre 2017 au 3e trimestre 2019

En ce qui concerne la supposée baisse spectaculaire du chômage dont le président s’est vanté dans ses vœux de 2020, le nombre total de chômeurs au 1er trimestre 2017 était de 5 511 500, au 1er trimestre 2019, il était de 5 603 400 et au troisième trimestre 2019 de 5 530 600 . Peu importe à quel point je regarde, je vois une augmentation de 19 100 chômeurs en deux ans… et vous ?

Nombre de sorties par cause au deuxième trimestre

2019

Nous notons que le manque de mise à jour est de loin la première raison, très loin devant la reprise des emplois (double) .Si nous combinons avec les entrées en stage (formation pour les non-initiés), les autres cas (décès, délocalisations, peines de prison ou problèmes de carte de séjour), radiations définitivement, les arrêts de recherche représentent trois fois le nombre de sorties pour reprise d’emploi , ce qui devrait être le point le plus important.

Au total, les sorties représentent 9 % des demandeurs d’emploi des catégories A, B, C, déclarées par le Pôle emploi au deuxième trimestre 2019, soit 5 579 500 personnes -Source Statista

Taux d’emploi des personnes âgées en 2018

(1) Les données sont en moyenne annuelle. La source utilisée est l’enquête sur l’emploi de l’INSEE. L’âge utilisé est l’âge atteint au moment de l’enquête.

(2) Pour plus de détails sur les cessations d’activité prévues, Champ : population à domicile, France excluant Mayotte. Ce que dit l’enquête de l’Insee citée

Extraits La part des retraités dans la population totale a augmenté le plus fortement entre 59 et 63 ans en 2018 : les trois quarts des personnes âgées de 63 ans reçoivent une pension de retraite. Entre 60 et 65 ans, le taux d’activité des retraités est faible : près d’un non-retraité sur deux est actif à 65 ans, contre les trois quarts à 59 ans.

En 2018, le taux d’emploi des personnes âgées de 55 à 64 ans atteignait 52,1 %. Les augmentations du taux d’emploi et du taux de chômage ont été combinées en 2018. Les personnes âgées ont plus souvent un emploi partiel (25,5 % des personnes âgées de 55 ans et plus occupaient un emploi en 2018). La proportion de non-employés est nettement plus élevée chez les personnes âgées de 55 ans ou plus ayant un emploi